Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


1 commentaire

Libertinage : coup de blues sur la « baie des cochons »


Toutes les gazettes, en mal de lecteurs et de soufre, ont écrit au moins un sujet sur la plage libertine du village naturiste du Cap d’Agde dans leurs éditions estivales. En grossissant souvent le trait.

Ici, on lui donne plusieurs noms. « Baie des cochons », « plage show-biz », « plage pour couples », selon qu’on est un habitué ou un newbie dans le milieu. Située entre Marseillan et le village naturiste du Cap d’Agde, elle demeure depuis plus de 20 ans le lieu de rendez-vous estival obligé des libertins amateurs de sexe, de soleil et d’exhibition. Pourtant, malgré les titres aguicheurs de certains de nos confrères en mal de vente et d’articles sulfureux, la réalité est bien en-deça du Sodome et Gomorrhe promis. Récit.


2 Commentaires

Sites libertins : vulgaire et indigne, le marketing des corps tue le sexe à plusieurs


En véritables supermarchés du sexe à plusieurs, les sites échangistes proposent de vastes catalogues d’individus disponibles pour des expériences. Pour notre contributeur, ancien libertin lui aussi, ces sites internet font fi de la dignité humaine. Il nous explique pourquoi.
L’été nous a abreuvés de sujets passionnants tels que la fellation, la levrette chez les CSP -, le libertinage et la baie des cochons. Visiblement, l’été ne sert qu’à ça. Il est vrai que les corps dénudés et le désarroi face au temps libre encouragent la débauche et les vices. Je ne suis pas prélat, je comprends, mais je dénonce aussi. Pas le sexe en lui-même, à deux ou plus, mais la forme populaire et actuelle que revêt le libertinage à travers les sites libertins.
Si on aime la viande, allons-y, mais avons nous déjà vu une boucherie inscrire sur sa devanture : « ici de la viande délicate et raffinée, zigouillée dans le respect mutuel » ? Non. Dans une boucherie, on appelle les choses par leurs noms.


Poster un commentaire

Le club échangiste va ouvrir ses portes


Il a évité les ennuis en diminuant la capacité d’accueil du club libertin. Il y a un peu plus d’un an, elle faisait grand bruit, la demande introduite par Julien Philippron. Originaire de la région de Charleroi, le jeune homme voulait ouvrir un club échangiste à Han-sur-Lesse.


1 commentaire

Reportage sur une plage «Hot» de Méditerranée


Certaines grèves sont bien connues pour être des lieux de rencontres échangistes et libertins. Reportage entre exhibitionnisme et voyeurisme sur la plage de L’Espiguette, au Grau du Roi dans le Gard.
Un homme nu, vêtu d’un simple sac à dos et affublé d’une casquette court sur la dune. Venant de l’autre côté, trois autres hommes convergent dans la même direction… Ballet étrange mais extrêmement coordonné que celui des onanistes partis épier des couples s’abandonnant à l’exhibitionnisme dunaire.
«Ces mecs, ce sont des suricates -du nom d’un rongeur vivant dans les sables du sud de l’Afrique, ndlr- ils surgissent de nulle part, ont une très bonne vue, et se préviennent d’un spectacle par des signes qu’eux seuls comprennent», décrypte en riant Jean-Pierre, quinquagénaire, simple nudiste venu d’un village camarguais, et pas du tout adepte de l’exhibitionnisme dans ces dunes de la plage de l’Espiguette, au Grau du Roi (Gard).
Sur cette longue étendue de sable, la plage est divisée de manière informelle en au moins trois secteurs séparés par des digues protégeant partiellement la plage de l’érosion: textile, nudisme familiale, et espace sans tabou.
«C’est quand même un des rares espaces publics d’expression et de liberté. Et puis ici, c’est plus sauvage qu’au Cap d’Agde. Là bas, c’est trop l’orgie. On a plus de place à l’Espiguette. On est moins oppressés. Si on veut se mettre à l’abri des regards, c’est aussi possible», apprécient Pierre et Diane*, un couple quadragénaire venus de la banlieue lilloise aimant, de temps à autre, faire l’amour sous le regard des autres. Eric et Kader*, eux aussi préfèrent la plage de l’Espiguette pour se montrer.


Poster un commentaire

Le libertinage, univers tabou


Pratique secrète de beaucoup de couples, le libertinage est de plus en plus en vogue. Trois couples, sous couvert d’anonymat, racontent leur plongée dans cet univers souvent décrié.

Avec l’affaire DSK, bon nombre de personnes ont découvert que l’ancien directeur du FMI s’adonnait au libertinage, découvrant cet univers tabou. « Ça a fait beaucoup de tort au libertinage. Il y a eu un amalgame, par méconnaissance de ce monde, assure Lætitia. Pour savoir vraiment ce que c’est, il faut essayer. Le libertinage n’est pas de l’infidélité, bien au contraire. On vit en couple ce que beaucoup de personnes vivent seules ou à l’insu de leur conjoint.» Les libertins ont des relations sexuelles avec d’autres partenaires, en présence ou non de leur conjoint, mais toujours avec son consentement.


1 commentaire

À l’entrée du village naturiste, il faut franchir la barrière


Sur le panneau, à l’entrée, il est marqué : “Village naturiste”. Le vocable est faible. Un village ? Pensez donc. Une ville ! Au plus fort de l’été elle compte près (ou plus) de 40 000 âmes. Il y a bien des cités héraultaises dont la population est moins importante. À titre de comparaison et pour avoir une petite idée de cette fourmilière vouée aux rayons du soleil, Sète, la voisine, compte autant d’habitants sur une surface estimée à 2 400 hectares. Et, au Cap-d’Agde, le “village” ne s’étale que sur 70 hectares.

Il fallait donc, dès sa naissance, y créer une discipline certaine tant sa spécificité naturiste peut attirer les regards égrillards et les gestes déplacés.


Poster un commentaire

Soirée libertine et gros câlins dans les alcôves du Capricia


Saint-Trivier-sur-Moignans.Notre vrai faux couple de journalistes en virée incognito au club échangiste. Sexe et gastronomie, badinage et dévergondage, d’abord. Mais convivialité et respect, toujours.

Samedi 4 août. Temps chaud et humide. À quoi reconnaît-on une boîte échangiste d’une boîte tout court ? De l’extérieur, à rien. Route de Lyon, le Capricia se love discrètement entre Saint-Trivier-sur-Moignans et Ambérieux-en-Dombes. Seule la guirlande de diodes roses permet de le repérer dans la nuit libertine. Le petit parking est rempli de voitures assez haut de gamme, aux immatriculations mélangées. Accueil cordial de Serge le portier. 45 euros par couple avec deux consommations par membre, c’est à la portée de toutes les bourses. Pénétrons.