Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


7 Commentaires

L’esprit libertin quitte les clubs


De plus en plus de clubs libertins élargissent leur clientèle a des fins de rentabilité. Nous ne pouvons que le regretter tout en comprenant que la crise touche avant tout les activités de loisirs. Mais rassurez vous une nouvelle forme de loisir libertin fait une apparition timide mais sérieuse. Lire la suite


1 commentaire

Quatre aliments aphrodisiaques pour améliorer votre vie sexuelle


Des idées de repas ou buffet pour nos clubs libertins favoris. (Sur une idée de Valérie H)

Inutile de verser dans le cliché en servant des aliments sexuellement explicites, comme l’huître ou la banane… Voici des aliments ordinaires, faciles à trouver, et qui peuvent vraiment améliorer votre vie sexuelle.


Poster un commentaire

La littérature érotique avec les éditions La Musardine


Parce que le sexe est un langage pour se rencontrer, pour rencontrer l’Autre, et la sexualité, un art de vivre individuel et collectif nous vous ferons découvrir, d’émissions en émissions, ce qui a trait au désir au sens large, à l’érotisme, aux sexualités et à leurs représentations. Nous lèverons le voile sur tout ce qui touche aux mutations du désir et la façon dont elles se traduisent dans les sentiments, la vie privée, l’intimité, les sexualités, l’époque et dans les représentations artistiques, littéraires, musicales… Parce que le sexe est complexe, multiple et nous construit depuis la petite enfance.


Poster un commentaire

Recherche de personnes qui ont un univers de décoration libertine ou coquine


Pour une nouvelle émission de décoration pour une grande chaîne hertzienne. Jonathan SEBAN  de Coyote Productions (boîte de production de Christophe Dechavanne) est à la recherche de personnes qui ont un univers de décoration libertine ou coquine chez eux. Ces personnes doivent habiter les Bouches du Rhône. Le principe de l’émission reprend la mécanique du Dîner Presque Parfait sur M6.

Nous cherchons des gens qui veulent changer l’une des pièces de leur habitation pour eux ou l’un de ses proches (enfant, conjoint, colocataire, etc…) qui aimeraient tester leurs talents de décorateur chez les autres.

Si vous êtes intéressé ou si vous connaissez des gens susceptibles d’être intéressés merci de me contacter: Par téléphone 01 40 53 45 62 ou par mail à : seban@coyote.fr


2 Commentaires

Un love shop ouvre ses portes à Caen


Ce 1er septembre, Claire Contat ouvre les portes de Lady C, le premier « love shop » de Caen. Une boutique de 30 m2 dédiée au chic et au glamour, située en plein centre-ville.« Ma boutique n’est pas comparable à un sex shop, insiste d’emblée Claire Contat, gérante du « love shop » Lady C. Je vends des objets coquins, pas du porno. »

Sa petite affaire s’apparente plus à une boutique érotique. « Le sexe ne doit plus être un tabou », poursuit-elle, désireuse de « démocratiser à fond le glamour et la sensualité. » Aussi, il n’est pas nécessaire de se vêtir d’un imperméable au col relevé, ni de vérifier constamment que personne ne vous a vu, pour y faire vos emplettes !


1 commentaire

À l’entrée du village naturiste, il faut franchir la barrière


Sur le panneau, à l’entrée, il est marqué : “Village naturiste”. Le vocable est faible. Un village ? Pensez donc. Une ville ! Au plus fort de l’été elle compte près (ou plus) de 40 000 âmes. Il y a bien des cités héraultaises dont la population est moins importante. À titre de comparaison et pour avoir une petite idée de cette fourmilière vouée aux rayons du soleil, Sète, la voisine, compte autant d’habitants sur une surface estimée à 2 400 hectares. Et, au Cap-d’Agde, le “village” ne s’étale que sur 70 hectares.

Il fallait donc, dès sa naissance, y créer une discipline certaine tant sa spécificité naturiste peut attirer les regards égrillards et les gestes déplacés.


1 commentaire

Chez Sulfur’, la lingerie fine rime avec coquine


Pour Sandrine et Michel Cecchinato, il s’agit d’une reconversion professionnelle depuis le début de ce mois de juillet. Mais seule Sandrine était commerçante auparavant. Elle a d’abord vendu des petits pains avant de tenir une épicerie fine. Aujourd’hui, avec son mari, elle commercialise de la lingerie fine. « Nous voulions travailler ensemble. Notre envie première était aussi de tenir un petit commerce », expliquent en cœur Sandrine et Michel. Si le premier volet de leur assertion est tenu, en revanche, pour la surface de leur magasin, ils ont ouvert plus grand. « Notre magasin fait 240 m2 . Nous l’avons trouvé très facilement. Il y avait avant nous une onglerie que tenait une esthéticienne. »