Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


Poster un commentaire

Toulouse et le libertinage


La dépêche du Midi publie se jour un dossier consacré aux libertins.

Toulousaine de 43 ans, Emma est cadre, mariée et infidèle. Elle l’assume entièrement, et le vit très bien avec son mari (lire témoignage ci-dessous). Loin des clichés, son témoignage apporte un éclairage sur l’évolution des mœurs dans certains milieux toulousains.

Paraît que les Toulousains sont… libertins !

Beaucoup de Toulousains, mariés ou pas, dévient les codes sociaux pour se rencontrer dans la Ville rose. Sites internet de rencontre et lieux libertins sont en plein boom. Toulousaine de 43 ans, Emma est cadre, mariée et infidèle. Elle l’assume entièrement, et le vit très bien avec son mari (lire témoignage ci-dessous). Loin des clichés, son témoignage apporte un éclairage sur l’évolution des mœurs dans certains milieux toulousains. « Internet nous a permis de sortir de la routine du mariage », confie Emma.

Toulousains et coquins

Ce club d’échangisme (L’Atrium Toulouse) a fêté ses deux ans. Quel bilan ? En 2010, cette pratique n’est plus taboue. Depuis une dizaine d’années, l’échangisme est devenu un vrai phénomène de société avec ses règles et ses codes. C’est surtout devenu une pratique libertine, chassant ainsi la connotation glauque qui la traquait depuis toujours. Souvent par manque de connaissance.

«échangisme pas tabou»

Publicités


Poster un commentaire

Rififi chez les naturistes du Cap d’Agde – Cap d’Agde : la cause naturiste trouble le conseil municipal


Les résidents du Cap d’Agde, venus profiter de la vie au grand air supportent de plus en plus mal les dérives sexuelles du camp naturiste. Le vieux débat entre les purs naturistes et les libertins du Cap d’Agde vient de ressurgir. Les simples résidents qui veulent vivre nus au soleil ne supportent plus l’ambiance « sexuellement débridée » du camp naturiste pendant la saison, devenu le grand rendez-vous international des touristes libertins.

L’Eden des naturistes serait-il pollué par les voyeurs, les exhibitionnistes et les libertins ? C’est ce qu’affirment les adeptes traditionnels du nudisme, mais aussi certains élus du Capd’Agde, soucieux de préserver l’image de la station balnéaire héraultaise, qui fête cette année ses quarante ans. Lundi, lors d’un conseil municipal, la conseillère d’opposition Florence Denestebe (non inscrite) a interpellé sur ce sujet le député-maire Gilles d’Ettore (UMP), déplorant dans une question orale que, «dès les premiers rayons du soleil, un quartier du Cap d’Agde devienne la capitale européenne du libertinage». Au retour des beaux jours, s’est-elle alarmé, «une clientèle alliant voyeurisme et exhibitionnisme se mélange (…) à la clientèle habituelle et familiale des naturistes traditionnels».


Poster un commentaire

Le retour des nuits coquines


Alors Compiègne, ville coquine? Les nuits compiégnoises n’ont plus de secret pour Agnès, 37 ans et Elisabeth, 40 ans*. Ces deux femmes libérées expliquent. « En fin de semaine, des visiteurs particuliers circulent en forêt de Compiègne, vers le carrefour de la Faisanderie. Les coins des libertins « A partir du rond-point des Etats-Unis, une petite route s’enfonce dans les bois. Au début de la route, c’est le coin des homosexuels. Ensuite, c’est le point de rendez-vous des couples échangistes. » « A partir du carrefour, chaque route a sa spécificité », détaille Elisabeth.