Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


1 commentaire

Libertines : un peu de tenues !


La libertine veut plaire. C’est déjà la moitié de son plaisir lorsqu’elle envisage une soirée coquine. Quelques conseils pour trouver la tenue adéquate, celle qui vous sublimera sans vous mettre mal à l’aise. Mesdames, mesdemoiselles, vous souhaitez vous faire belles pour vos sorties coquines sans faire d’impair ? Vous n’êtes encore jamais sorties en club et les dress-code trop flous vous angoissent ? Vous avez envie de vous lâcher sans dépasser les bornes, ou au contraire de les franchir allègrement ? Quelles sont les droits et les devoirs de la libertine en matière de fringues ? Un petit décryptage s’impose.

Publicités


Poster un commentaire

La police éteint le club libertin les Chandelles pour un mois


Pour ceux qui n’auraient pas bien reçu le message, deux articles le même jour, dans le même journal: Le Parisien.

Le club est aux milieux libertins ce que le Louvre est aux amateurs d’art : un must. Les habitués des Chandelles vont pourtant devoir temporairement trouver un autre lieu pour leurs soirées coquines. Le célèbre établissement échangiste, niché derrière une façade d’une totale neutralité au n° 1 de la rue Thérèse (Ier), va en effet être fermé pendant trente jours sur décision de la préfecture de police de Paris. Le très discret restaurant-club a fait l’objet d’un arrêté de fermeture administrative pour « existence d’une activité prostitutionnelle dans l’établissement ». Cette sanction est la conséquence indirecte d’une enquête pour proxénétisme ouverte à l’encontre de l’ex-footballeur Alim Ben Mabrouck. Aujourd’hui âgé de 51 ans, l’ancien international algérien du Matra Racing puis de l’Olympique lyonnais est soupçonné d’avoir fait travailler des prostituées.

Le célèbre établissement échangiste parisien, les Chandelles, va être fermé durant un mois. La direction de ce club a été entendue par la police dans le cadre d’une enquête pour proxénétisme, début janvier. Au terme de cette enquête, Alim Ben Mabrouk, ancien international algérien du Matra Racing et de Lyon, a été mis en examen pour proxénétisme aggravé. Les investigations avaient permis d’établir que l’ex-footballeur fréquentait régulièrement en semaine les Chandelles. L’homme s’y rendait avec des prostituées. D’ailleurs, lors de leurs auditions, certains employés de l’établissement avaient assuré aux policiers qu’ils avaient prévenu la direction de ces pratiques. La direction, quant à elle, a nié en bloc ces accusations face aux enquêteurs.


Poster un commentaire

Nancy : la double vie des hôtels


Louer une chambre la journée lors d’un transit entre deux trains ou deux avions, ou la réserver pour quelques heures pour un rendez-vous « galant ». Le concept se développe dans les grandes métropoles, permettant ainsi à certains hôteliers de remplir une chambre (souvent) vide dans la journée. Un site Internet du nom de DayUse (utilisation à la journée) a même été créé dans ce sens il y a un peu plus d’un an, et recense à travers la France les établissements ouverts à ce type de prestation diurne. « Lovehotels » comme on dit, ou pas. Si des villes comme Strasbourg, Nantes, Bordeaux comme Paris, Lyon, Lille ou Marseille sont répertoriées -avec majoritairement des établissements haut de gamme pour une clientèle aisée- aucun hôtel nancéien n’y figure. Cela signifie-t-il pour autant qu’aucun ne le pratique ? Non. Un test, en tant que client anonyme sur une douzaine d’hôtels de Nancy centre (de 0 à 4 étoiles) démontre que trois d’entre eux proposent un tarif préférentiel. Le premier loue une chambre « toujours disponible » à 40 euros dans la journée, contre 48,50 euros la nuit, mais cette ristourne n’est pas affichée officiellement.


Poster un commentaire

Une chambre pour un câlin, c’est parfois moins cher


Le site www.dayuse-hotels.com propose des chambres d’hôtels moins cher pour quelques heures l’après-midi. Un hôtel dijonnais vient de s’inscrire sur le site. C’est l’un des phénomènes Internet du moment et il vient de débarquer à Dijon. Le site http://www.dayuse-hotels.com propose la location de chambres d’hôtels pour quelques heures l’après-midi, à tarif réduit, dans des hôtels trois, quatre ou cinq étoiles… Lancé en novembre 2010 par cinq amis qui travaillaient tous dans le monde de l’hôtellerie, Day use monte régulièrement en puissance et revendique aujourd’hui en France, Suisse, Belgique et Luxembourg 185 hôtels… dont un établissement dijonnais, l’hôtel des Ducs, rue Lamonnoye, à deux pas du Grand Théâtre. Via Day use, il propose, entre 12 et 17 heures, une chambre pour une ou deux personnes pour 60 € au lieu des 89 € habituels pour une nuit.

Suite à notre sujet “Une chambre pour un câlin, c’est parfois moins cher” publié vendredi 13 janvier dans notre cahier Dijon, la direction de l’Hôtel des ducs, rue Lamonnoye, à Dijon , indique dans un communiqué que sa collaboration avec le site www.dayuse-hotels.com « a été dénoncée. L’image libertine, communiquée par le gérant du site dans l’article, ne correspond nullement à la clientèle de notre établissement. “Day use” est un terme courant dans l’hôtellerie pour désigner l’occupation d’une chambre en journée. La clientèle se rapportant à cette utilisation pour laquelle nous souhaitions ouvrir nos portes correspond à des professions nécessitant un repos en journée : type aviation, univers du spectacle… dont nous comptons déjà quelques clients. L’Hôtel des ducs dénonce toute assimilation au monde libertin. »


2 Commentaires

Une bombe désamorcée devant un bar-sauna échangiste


Une bombe de fabrication artisanale a été désamorcée par des démineurs samedi après-midi sur le parking d’un club libertin à Lattes, près de Montpellier. « Sans l’intervention des démineurs, le pire aurait pu avoir lieu, cet engin explosif était destiné à exploser en début de soirée » a expliqué un proche de l’enquête. La bombe était collé contre un mur, devant un sauna-hammam échangiste. Une soirée réveillon était prévue dans l’établissement, avec de nombreux convives.

Mais qui en veut au sauna-hammam-bar échangiste Le Kalyptus implanté avenue de Palavas à Montpellier ? Hier, en début d’après-midi et par hasard, un engin explosif a été retrouvé contre l’un des murs du bâtiment, situé dans une zone commerciale à proximité du rond-point des Prés-d’Arènes.

La PJ continue ses investigations, après la découverte d’un engin explosif, placé contre l’un des murs d’un sauna échangiste montpelliérain, samedi après-midi, quelques heures avant que ne se déroule une soirée dans ce lieu très couru par les libertins de la région.

Le club échangiste était visé le soir de la Saint- Sylvestre. L’explosif d’origine militaire est très puissant. Plus l’enquête avance, après la découverte d’une bombe, samedi après-midi, devant un sauna-bar échangiste de Montpellier, plus le sentiment d’être passé à côté d’un drame humain grandit. L’analyse de l’explosif ne laisse plus de place au doute : il s’agit d’un pain plastic de 750 g, d’origine militaire, et fabriqué en Tchécoslovaquie dans les années 60.