Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


Poster un commentaire

CAP d’AGDE : La piste criminelle privilégiée pour le nouvel incendie de discothèque au village naturiste du Cap d’Agde.


Ce matin  à 4h30 c’est la discothèque LE JUL’S au pied de la Colline 5 de Port Nature qui a été la proie des flammes. Au premier abord, les soldats du feu avaient envisagé un feu d’origine accidentelle, les locaux étant noircis de l’intérieur semblaient avoir fait l’objet d’une combustion lente. Les premiers éléments de l’enquête diligentée par les experts incendie du SDIS privilégieraient désormais une piste criminelle pour cet incendie où la main de l‘homme ne serait peut être pas étrangère. Lire la suite sur Hérault Tribune

une-barriere-controle-les-entrees-nuit-et-jour-pendant-sept_652428_510x255


Poster un commentaire

Au Cap d’Agde, 45 000 naturistes et une sécurité bien rodée


Chaque été, des dizaines de télévisions font la même demande : pouvoir filmer à l’intérieur du village naturiste. Et chaque année, les journalistes européens reçoivent la même réponse : impossible. « Vous aimeriez que l’on vous filme nu dans votre jardin ? Et bien eux non plus ! » La position du maire Gilles d’Ettore n’est pas négociable.

On ne rentre pas au village naturiste du Cap-d’Agde comme l’on veut. Une procédure particulière attend visiteurs et vacanciers pour garantir une sécurité maximale. Première étape : au bureau d’accueil du service des entrées, où une carte magnétique est remise aux arrivants, programmée sur la durée de leur séjour (une journée, une semaine, un mois…). Elle permet d’ouvrir la barrière d’entrée, côté voiture et le portail côté piétons, déclinant l’identité du passant au gardien.

a-premiere-vue-une-plage-comme-toutes-les-autres_440738_510x255


1 commentaire

Libertinage : coup de blues sur la « baie des cochons »


Toutes les gazettes, en mal de lecteurs et de soufre, ont écrit au moins un sujet sur la plage libertine du village naturiste du Cap d’Agde dans leurs éditions estivales. En grossissant souvent le trait.

Ici, on lui donne plusieurs noms. « Baie des cochons », « plage show-biz », « plage pour couples », selon qu’on est un habitué ou un newbie dans le milieu. Située entre Marseillan et le village naturiste du Cap d’Agde, elle demeure depuis plus de 20 ans le lieu de rendez-vous estival obligé des libertins amateurs de sexe, de soleil et d’exhibition. Pourtant, malgré les titres aguicheurs de certains de nos confrères en mal de vente et d’articles sulfureux, la réalité est bien en-deça du Sodome et Gomorrhe promis. Récit.

le-service-de-la-barriere-est-ouvert-du-1er-mars-au_437617_510x255


1 commentaire

À l’entrée du village naturiste, il faut franchir la barrière


Sur le panneau, à l’entrée, il est marqué : “Village naturiste”. Le vocable est faible. Un village ? Pensez donc. Une ville ! Au plus fort de l’été elle compte près (ou plus) de 40 000 âmes. Il y a bien des cités héraultaises dont la population est moins importante. À titre de comparaison et pour avoir une petite idée de cette fourmilière vouée aux rayons du soleil, Sète, la voisine, compte autant d’habitants sur une surface estimée à 2 400 hectares. Et, au Cap-d’Agde, le “village” ne s’étale que sur 70 hectares.

Il fallait donc, dès sa naissance, y créer une discipline certaine tant sa spécificité naturiste peut attirer les regards égrillards et les gestes déplacés.

le-wind-star-quittera-les-eaux-agathoises-aujourd-hui-en-fin_427845_510x255


Poster un commentaire

Une escale naturiste pour le “Wind Star”


En raison, d’une part, de sa taille, qui l’empêche d’entrer dans le port de plaisance du Cap d’Agde, mais aussi pour des motifs purement pratiques : les passagers que transporte le navire sont en effet naturistes. Américains pour la grande majorité d’entre-eux, Canadiens et Australiens qui, après avoir déboursé près de 3 000 $ pour cette croisière, ont souhaité visiter la capitale mondiale du naturisme et du libertinage.

Il était environ 9 h, hier matin, lorsque le Wind Star, bateau fabriqué au Havre en 1986 qui possède notamment un casino et une piscine à bord, est apparu à l’horizon, un peu en avance sur l’horaire prévu. Une arrivée préparée de longue date puisque le premier contact entre le croisiériste et les autorités portuaires date de janvier… 2011 ! Autant dire que le comité d’accueil était prêt depuis un bon moment déjà. À bord d’une embarcation de la capitainerie, Pierre Weiss a acheminé sur place Philippe Dones, le chef d’escale, et Thierry Boucher, directeur de la Sodéal. « Mon rôle est de vérifier si le voyage s’est bien passé, et de voir ce dont ils ont besoin si nécessaire », explique Philippe Dones.