Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


Poster un commentaire

Bientôt un club libertin dans l’ancienne discothèque


Ouverture prochaine de L’Acanthus petit frère du célèbre club belge, à Dammarie-lès-Lys

L’ÉTABLISSEMENT est pour l’instant en travaux et rien n’indique de l’extérieur quel type de clientèle sera accueilli. Mais c’est officiel depuis peu : un « club libertin » va ouvrir ses portes le mois prochain dans les murs de l’ancienne discothèque le Week, située avenue du Lys à Dammarie, à 100 m du commissariat de police ! Une implantation qui trouve évidemment ses partisans mais aussi ses détracteurs (voir ci-desssous). Par « club libertin » il faut en fait comprendre club échangiste où les couples pourront tester leur imagination et leurs limites. A l’origine, un groupe d’investisseurs belges. « Il s’agit d’un club privé, comme il en existe plus de 280 en France, rassure Luc Janssen, le directeur.


Poster un commentaire

L’Xtravagancia


Les tenanciers de l’Xtravagancia devant la justice.

Un policier soupçonné d’être le patron d’un club échangiste de Marseille a été mis en examen pour «proxénétisme aggravé» et écroué. Deux collègues qui l’aidaient à tenir l’établissement ont aussi été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Un commissaire de police était en cours de déferrement, vendredi. Tous sont soupçonnés d’avoir investi dans le club échangiste et d’y avoir organisé un réseau de prostitution. (AFP)

Les quatre policiers placés en garde à vue après leur arrestation, mardi dans une affaire de prostitution au sein de deux clubs échangistes marseillais, ont été suspendus de leurs fonctions. Il s’agit d’un commissaire en poste à Carpentras (Vaucluse), de deux gradés affectés au service des geôles du palais de justice de Marseille et d’un gardien de la paix de Marseille.

Dans le procès pour proxénétisme impliquant quatre ex-policiers marseillais, le procureur de la République a requis de la prison ferme pour certains.

L’ancien commissaire de police de Carpentras avait été condamné en mai dernier à un an de prison avec sursis et à 5000 euros d’amende pour la mise en place d’un réseau de prostitution dans un club échangiste. La peine est confirmée en appel