Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


Poster un commentaire

Chenôve : un club peut en cacher un autre


Une nouvelle discothèque, le Phenix, ouvrira ce vendredi à Chenôve sur le site où se trouvait le club libertin La Dérobade, qui ne disparaît pas pour autant.Au 117 de l’avenue Roland-Carraz, à Chenôve, l’enseigne de La Dérobade n’est plus. Désormais, c’est Le Phenix qui a pignon sur rue à cette adresse. Mais, que les amateurs de nuits coquines se rassurent, le club libertin n’a pas disparu pour autant. « La Dérobade reste La Dérobade, et nous avons ouvert un nouveau club, je dirais “classe”, destiné aux 25-50 ans », explique Alain Munoz, à la tête de ces deux établissements.

Publicités


1 commentaire

Dijon : dangereux libertinage


Si nous nous réjouissons que le libertinage ne soit pas répréhensible au yeux de la loi, nous n’en dirons pas autant de la demande d’argent pour une soirée privée…

Le couple de libertins avait sollicité de l’argent auprès d’un partenaire d’un soir. La procureure a replacé le dossier dans son contexte et le mari a été relaxé pour l’infraction de proxénétisme.Si les infractions reprochées au prévenu hier semblaient émoustiller un certain public dans la salle d’audience, l’excitation retomba très vite. De vol et de menaces, il fut effectivement question. Mais les amateurs de violences, de prostitution et de proxénétisme en furent pour leurs frais.


Poster un commentaire

La Dérobade – Chenôve (Bourgogne)


Club libertin pour adultes à partir de 25ans Le plus grand complexe glamour entre Paris et Lyon. Inauguration le 1er et 2 Juin à partir de 21 heures 117 avenue Roland Carraz – 21300 Chenôve.

L’ouverture, ce vendredi, d’un nouveau club libertin à Chenôve confirme qu’il fait chaud, très chaud dans le sud de l’agglomération dijonnaise.Les conversations laissaient planer un drôle de mystère autour de l’ouverture de La Dérobade, ce “club discothèque pour adultes de + de 25 ans”. Sur Facebook, quelques photos en avant-première, accompagnées des mots-clés #coquin, #coquine, donnaient quelques indices supplémentaires. Les curieux peuvent désormais savoir : La Dérobade, inaugurée vendredi soir et samedi soir, est présentée comme « la plus grande discothèque/sauna échangiste entre Paris et Lyon ».

Le public s’est déplacé en nombre, dans la nuit du 1 er au 2 juin, pour venir découvrir ce club-discothèque ouvert aux adultes de plus de 25 ans.


Poster un commentaire

Une chambre pour un câlin, c’est parfois moins cher


Le site www.dayuse-hotels.com propose des chambres d’hôtels moins cher pour quelques heures l’après-midi. Un hôtel dijonnais vient de s’inscrire sur le site. C’est l’un des phénomènes Internet du moment et il vient de débarquer à Dijon. Le site http://www.dayuse-hotels.com propose la location de chambres d’hôtels pour quelques heures l’après-midi, à tarif réduit, dans des hôtels trois, quatre ou cinq étoiles… Lancé en novembre 2010 par cinq amis qui travaillaient tous dans le monde de l’hôtellerie, Day use monte régulièrement en puissance et revendique aujourd’hui en France, Suisse, Belgique et Luxembourg 185 hôtels… dont un établissement dijonnais, l’hôtel des Ducs, rue Lamonnoye, à deux pas du Grand Théâtre. Via Day use, il propose, entre 12 et 17 heures, une chambre pour une ou deux personnes pour 60 € au lieu des 89 € habituels pour une nuit.

Suite à notre sujet “Une chambre pour un câlin, c’est parfois moins cher” publié vendredi 13 janvier dans notre cahier Dijon, la direction de l’Hôtel des ducs, rue Lamonnoye, à Dijon , indique dans un communiqué que sa collaboration avec le site www.dayuse-hotels.com « a été dénoncée. L’image libertine, communiquée par le gérant du site dans l’article, ne correspond nullement à la clientèle de notre établissement. “Day use” est un terme courant dans l’hôtellerie pour désigner l’occupation d’une chambre en journée. La clientèle se rapportant à cette utilisation pour laquelle nous souhaitions ouvrir nos portes correspond à des professions nécessitant un repos en journée : type aviation, univers du spectacle… dont nous comptons déjà quelques clients. L’Hôtel des ducs dénonce toute assimilation au monde libertin. »