Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin

les-couples-qui-se-seront-formes-pourront-s-ebattre-dans-les-six-chambres-mais-aussi-sur-le-bar-ou-au-milieu-de-la-piste-tout-est-permis-rien-n-est-obligatoire-explique-karim-le-gerant-photo-pierre-heckler


Poster un commentaire

Bientôt un club privé libertin à Boulange ?


Un jeune couple réhabilite actuellement une ancienne discothèque, à Boulange, pour ouvrir prochainement un club privé libertin, le Quai 57. La Commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité (CCDSA), qui a inspecté les lieux début septembre, a donné un avis défavorable pour l’ouverture. Les gérants poursuivent les travaux et la remise aux normes, en espérant décrocher le précieux sésame.

au-centre-trois-hotels-sur-une-douzaine-proposent-ouvertement-le-day-use-photos-pierre-mathis


Poster un commentaire

Nancy : la double vie des hôtels


Louer une chambre la journée lors d’un transit entre deux trains ou deux avions, ou la réserver pour quelques heures pour un rendez-vous « galant ». Le concept se développe dans les grandes métropoles, permettant ainsi à certains hôteliers de remplir une chambre (souvent) vide dans la journée. Un site Internet du nom de DayUse (utilisation à la journée) a même été créé dans ce sens il y a un peu plus d’un an, et recense à travers la France les établissements ouverts à ce type de prestation diurne. « Lovehotels » comme on dit, ou pas. Si des villes comme Strasbourg, Nantes, Bordeaux comme Paris, Lyon, Lille ou Marseille sont répertoriées -avec majoritairement des établissements haut de gamme pour une clientèle aisée- aucun hôtel nancéien n’y figure. Cela signifie-t-il pour autant qu’aucun ne le pratique ? Non. Un test, en tant que client anonyme sur une douzaine d’hôtels de Nancy centre (de 0 à 4 étoiles) démontre que trois d’entre eux proposent un tarif préférentiel. Le premier loue une chambre « toujours disponible » à 40 euros dans la journée, contre 48,50 euros la nuit, mais cette ristourne n’est pas affichée officiellement.


Poster un commentaire

Libertinage: l’après-midi aussi


Discrètement installé dans la banlieue chic de Metz, à deux pas du golf de Marly, ce bar est un peu plus qu’un bar. Cinq jours par semaine, de 14 h à 19 h, il accueille les libertins en quête de sensations. Pas de « dress code » particulier. N’importe qui peut entrer. Pour la modique somme de 25 euros, comprenant deux consommations, on passe directement de la lumière du jour à une ambiance de boîte de nuit. Ambiance un peu particulière tout de même : préservatifs en libre service dans de grandes vasques, films pornographiques projetés en permanence sur différents écrans, recoins discrets équipés de banquettes… Quant à la clientèle, elle est on ne peut plus variée. Les hommes sont en forte majorité, le regard braqué sur quelques couples, objets de toutes les convoitises. Deux femmes seules circulent également d’une salle à l’autre. Lookées cuir et latex, elles se présentent comme « Maîtresse Léa » et « Dame Willane » et sont visiblement habituées à mener leur monde… à la baguette.

le-sociologue-francais-daniel-welzer-lang


Poster un commentaire

Le libertinage: « une sexualité récréative »


Entretien avec le sociologue Daniel Welzer-Lang: On croyait cette pratique réservée aux Parisiens, aux bobos en mal de sensations, réfractaires à la fidélité conjugale. En Lorraine, les lieux de rencontres échangistes ont pignon sur rue. Clubs, saunas, bars, pas moins de douze établissements se partagent le marché du libertinage, alors qu’on ne recense que deux clubs échangistes en Picardie. Entretien avec le sociologue Daniel Welzer-Lang.

l-usine-a-belval-est-le-plus-ancien-club-de-lorraine


Poster un commentaire

Patron de club libertin: l’interview en vidéo


Découverte de  » l’Usine  » à Belval, le plus ancien club dédié aux plaisirs en Lorraine. Sans tabou et face à la caméra, le patron Claude Michel Charton répond à tout ce que vous voulez savoir sans jamais avoir osé le demander….

Libertin assumé et patron d’un immense club où se réunissent de nombreux amateurs de bonne chère et de plaisirs charnels, Claude Michel Chaton est à la tête de  » l’Usine  » à Belval. Cette affaire familiale nichée dans un minuscule village vosgien est gérée de main de maître. Pas question de risquer la faillite ou sa réputation en laissant quelques amateurs faire des vagues.  » L’Usine  » est le plus ancien club de la région Lorraine, et sans aucun doute l’un des plus fréquentés. Qu’est-ce que le libertinage? Que cherchent les libertins qui viennent en club ? Comment faut-il gérer ce genre d’entreprise pour vivre en paix avec les autorités ?