Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin

20140104_1_5_1_1_0_obj5092128_1


Poster un commentaire

Voyage au coeur du libertinage à Marseille


En matière de libertinage, il y a aussi « un avant et un après Dominique Strauss-Kahn, dont les affaires ont révélé au grand jour les moeurs dévergondées. À cette époque en 2011, la fréquentation de notre site atteignait les 10 000 visites par jour », confirme Jean, Marseillais d’adoption depuis 23 ans et responsable du site routes-libertines.fr, « DSK a aidé à populariser la pratique autant qu’à lui donner une mauvaise image ».


Poster un commentaire

Un salon de massage part en fumée


En dépit du titre il s’agit bien d’un établissement libertin. Le Vahiné profitera de l’occasion pour changer de lieu.

Très tôt ce matin, vers 4h30, une cinquantaine de  pompiers sont arrivés au 35, boulevard Bourges dans le 4e à Marseille pour éteindre un feu. Ils n’ont pas pu empêcher que le salon de massage « Le Vahiné« , alors fermée, brûle entièrement. Heureusement, le travail des pompiers a permis que le feu ne se propage pas aux habitations. Quatre personnes ont été évacuées. On ne déplore aucun blessé.


Poster un commentaire

L’Xtravagancia


Les tenanciers de l’Xtravagancia devant la justice.

Un policier soupçonné d’être le patron d’un club échangiste de Marseille a été mis en examen pour «proxénétisme aggravé» et écroué. Deux collègues qui l’aidaient à tenir l’établissement ont aussi été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Un commissaire de police était en cours de déferrement, vendredi. Tous sont soupçonnés d’avoir investi dans le club échangiste et d’y avoir organisé un réseau de prostitution. (AFP)

Les quatre policiers placés en garde à vue après leur arrestation, mardi dans une affaire de prostitution au sein de deux clubs échangistes marseillais, ont été suspendus de leurs fonctions. Il s’agit d’un commissaire en poste à Carpentras (Vaucluse), de deux gradés affectés au service des geôles du palais de justice de Marseille et d’un gardien de la paix de Marseille.

Dans le procès pour proxénétisme impliquant quatre ex-policiers marseillais, le procureur de la République a requis de la prison ferme pour certains.

L’ancien commissaire de police de Carpentras avait été condamné en mai dernier à un an de prison avec sursis et à 5000 euros d’amende pour la mise en place d’un réseau de prostitution dans un club échangiste. La peine est confirmée en appel