Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin


Poster un commentaire

Après 25 ans, le club libertin Capricia ferme


C’est une institution des nuits libertines de l’Ain qui ferme ses portes. Le 30 janvier, Patrick et Babette, les gérants du club Le Capricia, ont proposé, pour la dernière fois, une de leurs soirées dédiées aux plaisirs de la chair. Cela faisait 25 ans que coquins et coquines se retrouvaient dans le discret bâtiment de la route de Lyon, à Saint- Trivier-sur-Moignans, pour des nuits enfiévrées. Lire la suite…


Poster un commentaire

CLUB LIBERTIN LE LIBERTY-NAJE


Le club libertin le Liberty-Naje, situé à Bourg-lès-Valence, est accessible aux personnes en fauteuil.Liberty-Naje accueille régulièrement et en toute sécurité les personnes en situation de handicap.Un frein en moins sur le sujet tabou de la sexualité chez les handis !


Poster un commentaire

Soirée libertine et gros câlins dans les alcôves du Capricia


Saint-Trivier-sur-Moignans.Notre vrai faux couple de journalistes en virée incognito au club échangiste. Sexe et gastronomie, badinage et dévergondage, d’abord. Mais convivialité et respect, toujours.

Samedi 4 août. Temps chaud et humide. À quoi reconnaît-on une boîte échangiste d’une boîte tout court ? De l’extérieur, à rien. Route de Lyon, le Capricia se love discrètement entre Saint-Trivier-sur-Moignans et Ambérieux-en-Dombes. Seule la guirlande de diodes roses permet de le repérer dans la nuit libertine. Le petit parking est rempli de voitures assez haut de gamme, aux immatriculations mélangées. Accueil cordial de Serge le portier. 45 euros par couple avec deux consommations par membre, c’est à la portée de toutes les bourses. Pénétrons.


1 commentaire

BDSM (Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sado-Masochisme)


Le sigle BDSM (pour « Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sado-Masochisme ») désigne une forme d’échange contractuel utilisant la douleur, la contrainte, l’humiliation ou la mise en scène de divers fantasmes dans un but érogène. Au centre des pratiques sadomasochistes et fondé sur contrat entre deux parties (pôle dominant et pôle dominé), le BDSM fait l’objet de pratiques très variées. Sans être une pratique libertine il n’est pas rare de trouver des libertins qui pratiquent aussi le SM. Mais attention le monde et les codes SM ne sont pas ceux du libertinage, les fétichistes ne sont pas partageurs, les soumises ne sont pas à disposition, les hommes seuls ne sont pas bien vus et on ne s’improvise pas maître ou maîtresse.

Un petit nombre de clubs possèdent des donjons et organisent des soirées SM et quelques établissements sont dédiéexclusivements aux pratiques SM.  Cris et Chuchotements est le plus célèbre des clubs fétichistes et SM parisien, Le Clair Obscure ainsi que le Donjon de Bessan au Cap d’Agde et le Marquis dans le Var.

Parmi les grands clubs libertins qui organisent régulièrement des soirées SM et fétiches nous pouvons citer le Mas Virginie dans la Drôme.


Poster un commentaire

Les nouveaux codes du Lyon libertin


La Tribune de Lyon se penche lui aussi sur le Lyon libertin. L’accroche est alléchante, mais l’article en ligne n’est pas complet. Il faut donc se procurer la version papier.

La pratique de l’échangisme est en plein essor à Lyon, où on dénombre autant de clubs spécialisés qu’à Paris ! L’arrivée d’une nouvelle clientèle, plus jeune, expliquerait cet engouement qui ne se dément pas depuis une dizaine d’années. D’autant qu’au-delà des établissements “traditionnels”, se développent également de nouvelles pratiques, plus festives, même si le sexe reste au centre du jeu….


Poster un commentaire

C’est beau l’amour !


Il est rare que ce soit à ce point le cas, mais on peut affirmer sans crainte que la scénographie de l’exposition L’art d’aimer, au Palais Lumière d’Evian (jusqu’au 26 septembre), due à Frédéric Beauclair, contribue grandement à l’intérêt de l’exposition. En effet celle-ci, qui se déroule agréablement de l’Antiquité à aujourd’hui, et de la première séduction à la rupture ou presque, est divertissante, mais n’offre pas de grandes découvertes, ni des révélations stupéfiantes. Elle conjugue tous les arts, peinture, dessins et sculptures, mais aussi photographies, films, iconographie et journaux populaires, et art épistolaire. Mais elle aurait pu être plate, un simple alignement d’objets, une histoire linéaire de l’amour à travers les âges.


6 Commentaires

Le progrès: Quand de jeunes couples frappent à la porte des clubs libertins


Le journal le Progrès de Lyon se penche sur la fréquentation par les jeunes, des clubs libertins. On y trouvera des commentaires des patrons du Diamant et du Kama. Deux conceptions du libertinage et deux façons de tenir compte de l’avis des consommateurs libertins. Lire la suite


Poster un commentaire

Une forte concentration de clubs libertins à Lyon


Le Progrès de Lyon se veut le chantre de la nouvelle capitale des Gaules… Avec tout de fois le mérite d’être l’un des seuls journaux de France à parler des clubs libertins dans la rubrique économique, et non celle des faits divers.

Considérée comme l’un des fiefs du libertinage en France, l’agglomération lyonnaise concentre à elle seule une trentaine d’établissements libertins qui ne désemplissent pas, surtout le week-end. Si le Royal club à Ternay, et le Why Not dans le 7 e sont perçus comme les clubs non conformistes les plus fréquentés, les autres, établis majoritairement en associations, ne sont pas en reste. Dans leur grande majorité ils revendiquent une fréquentation assez soutenue mais leurs gérants – souvent des couples – restent très peu prolixes sur leurs chiffres d’affaires qui varient énormément selon qu’ils soient ouverts en journée – pour les couples adultérins – ou seulement quelques soirs par semaine.

Bienvenue à Bollywood en plein cœur de Lyon, rue Saint-Marie-des-Terreaux. Thierry A., la trentaine passée, marié, deux enfants, gérant-associé de ce temple du sauna libertin de 2 800 m 2 depuis son ouverture en 2010, nous a ouvert les portes de l’Eclipse du Sun City, l’un des saunas les plus grands d’Europe. Un investissement de plusieurs millions d’euros qui a nécessité notamment l’acheminement de 27 containers de décorations en provenance d’Inde et 18 mois de travaux.