Le web libertin

Revue de presse du web sous un angle libertin

nyotaimori-127844


2 Commentaires

Nyotaimori – body sushi – Madame est servie


Le nyotaimori (女体盛り?) (littéralement « présentation sur le corps d’une femme »), plus connu sous le nom de « body sushi », consiste à manger des sashimis ou des sushis présentés sur le corps d’une femme nue.
Ce sous-genre des jeux avec de la nourriture est une pratique typiquement japonaise dont l’origine est obscure mais qui a attiré l’attention de nombre de médias internationaux. Le fait d’être présentés sur un corps humain confère aux sushis, sashimis et makis une température voisine de celui-ci. Lorsque, comme l’exige la tradition japonaise, la femme sur laquelle sont disposés les sushis est vierge, elle est censée transmettre aux aliments une énergie particulièrement bénéfique. Lire la suite

6a00e54f964f2288340120a6a4f0ec970b-150wi


Poster un commentaire

Les 400 culs


Agnés Giard et l’auteur des 400 culs un blog sur la planète sexe.

Auteur de livres consacrés au Japon et réalisés en collaboration avec des artistes japonais contemporains, Agnès Giard a successivement publié un Essai (décryptage de la société japonaise par le biais de son rapport au corps, au sexe et au genre), un Dictionnaire (Les 400 mots-clés de la culture japonaise) et un livre de Design (répertoriant les objets de culte, les gadgets ou les outils les plus révélateurs de la psyche japonaise).

Ses recherches portent sur la logique invisible qui sous-tend les manifestations parfois surprenantes de la modernité japonaise. Pour comprendre certains phénomènes de mode ou de société, elle les resitue dans un contexte mythologique. Pour décrypter le sens des images véhiculées par la culture populaire, elle les replace dans une perspective historique et esthétique. Des symboles parfois anciens se cachent derrière les objets les plus anodins. Leurs formes renvoient à une autre vision du monde, à d’autres codes et à d’autres critères de beauté que les nôtres… ce qui fait du Japon plus qu’un pays exotique et lointain : un miroir révélateur.

Son premier ouvrage, traduit en japonais, a été publié fin décembre par Kawade Shobo shinsha. Trois semaines après, il est classé au quatrième rang des meilleures ventes chez cet éditeur.

Résidente à la Ville Kujoyama (Kyoto) sous l’égide du ministère des affaires étrangères, en 2010.

Achève son nouveau livre Les Histoires d’Amour au Japon, en 2011.

Prépare une thèse de sociologie sur l’industrie des « omokage », en 2012.